Une provision de bleu

Le mois de juillet cette année aura été une belle traversée du désert bleu.
Le tout sur fond de musique, dans une frénésie de festivals et concerts d’été

BRASLEVES
Festival Electrobeach 2015 ©Gwéna
en navigation_Gwéna
Gwéna en Bato- ©2015

Le bleu limpide et son soleil implacable

en navigation _ gwéna 2015
au large des côtes- ©Gwéna2015

Le bleu changeant de la mer méditerranée

Gwéna et Bato
en mer ©Gwéna2015

Les deux mêlés autour du petit voilier que nous venons de nous acheter…j’ai navigué, et surtout, rien fait dans mon atelier.

gwéna recyclage
ici recyclage ©MystèreZ

J’en étais incapable.
au début j’étais inquiète. Pas la moindre envie de peindre, pas le plus petit sursaut d’idée artistique…rien
En fait je manquais de souffle, d’élan, trop d’énergie gaspillée, pas assez de recul
Il fallait ce break
mais quelle difficulté pour l’assumer !alors que je ne suis même pas en vacances

les voiles en ciseaux
Les voiles en ciseaux- ©Gwéna2015

et pourtant, j’ai compris : j’avais besoin de faire une belle provision de bleu, de reconstruire le fil bleu qui est dans toutes mes réalisations
aujourd’hui, c’est enfin l’heure des vacances, et hier, ouf, ce souffle qui me manquait tant, le revoilà, j’ai dessiné dans mon carnet, j’ai remis mes mains sur mon piano
ne reste plus aujourd’hui qu’à reconstituer cette énergie, et à partir enfin en vacances
A vous tous qui me lisez, ceux qui sont déjà partis ou ceux qui font leurs bagages, profitez en bien, et si vous déconnectez pas de culpabilité : enjoy !!!!!!

 

Pourquoi tant d’imagination avec du plastique?

Lors de l’exposition « artistes à suivre du 14 au 17 mai 2015 », j’avais mis en place un livre d’or afin que vous me notiez vos impressions.
Et une phrase en particulier a retenu mon attention :
« pourquoi tant d’imagination avec du plastique ? de Pierre.
Cette phrase a tourné dans ma tête.

Aujourd’hui je réponds à Pierre, mais aussi à de nombreuses personnes qui m’ont posé la question des bouchons recyclés en plastique.

Pour moi, c’est une vraie question.
Comment en suis-je arrivée à travailler essentiellement les bouchons en plastique, et pourquoi pas un autre matériau, plus noble ?

Il y a plusieurs réponses à cette question : pour ceux qui me connaissent un petit peu, ou qui suivent mon actualité sur les réseaux sociaux, il est facile de voir que je puise ma source d’inspiration dans la mer méditerranée.

Gwéna dans le sable
signer le sable ©Gwéna

La mer est infestée de déchets pétrolifères, plastiques en tout genre. C’est en me promenant un jour au bord de la mer que j’ai commencé par amasser certains déchets en plastique. J’ai commencé à ramasser des morceaux de jouets cassés, abandonnés, puis des chaussures, puis bien évidement des bouchons en plastique.

Très vite, j’ai eu envie d’en faire quelque chose. Il se trouve que depuis plusieurs années, je cherchais à fabriquer des lampes qui jouent avec les transparences, les couleurs, je travaillais en particulier avec des perles en verre et des papiers créatifs.

Puis, les perles en verre n’ont plus suffi, et les bouchons les ont remplacés. Il se trouve que je suis très attirée par les couleurs et la musique qu’ils font quand on les touche.

J’ai fait de la musique quand j’étais enfant, et j’ai gardé une oreille de musicienne. J’adore trier les bouchons, mettre les mains remplies dans les poches en plastique et les remuer. Ça fait un bruit extraordinaire.

J’ai d’ailleurs quelque part dans ma tête le projet de réaliser des installations musicales. C’est en cours de réflexion.

Voici donc pourquoi je travaille les bouchons.

Pour moi, c’est une priorité que nous travaillons à la sauvegarde de la planète. Et il est urgent d’inventer de nouvelles façons de vivre, en particulier de ne plus regarder les déchets comme des rebuts dont on veut se séparer. C’est pour ça qu’aujourd’hui je recréée de la beauté à partir de tous ces rebuts, pour montrer à quel point nous dévons repenser le moindre de nos gestes au quotidien. J’ai également envie de recréer un univers dans lequel nous transcenderions la morosité de notre époque. Elle est une époque de changements et de bouleversements profonds, dans laquelle certaines personnes ne se retrouvent plus et sont complètement bouleversées et perdues. Voici donc le sens de mon action et pourquoi je travaille avec des bouchons en plastique.

Pour conclure, je dirais que Pierre a aussi conclu sa phrase par : « bravo c’est magnifique ! »

Merci Pierre, et merci à tous ceux qui posent un regard émerveillé et joyeux sur mon univers qui fait appel à nos mémoires d’enfant.